Le handicap à Lima

D’après nos différentes rencontres à Lima, voici un résumé des informations recueillies sur le handicap et la place de la personne handicapée dans la société :

Vivre avec un handicap à Lima n’est pas si facile.

En effet, il existe beaucoup de contradictions dans ce pays car :

- Il y a de « belles » lois (ex : accès au travail, à la scolarité...) mais aucunes ne sont appliquées. D’ailleurs, il paraît que le Pérou est un des pays où il y a le plus de lois…

Pourquoi ne sont-elles pas appliquées ? Réponses données : les moyens, la corruption, les mentalités…

- Il y a aussi de magnifiques rampes d’accès au niveau des trottoirs mais il est impossible de traverser sans risquer sa vie tellement les automobilistes conduisent comme des fous! (le piéton n’est pas prioritaire et même pour une personne valide,traverser est très dangereux ! Il faut courir pour ne pas risquer de se faire écraser ! On a du mal à imaginer une personne en fauteuil roulant traversée seule la rue…)

Est-ce qu’une personne handicapée est acceptée par sa famille ou par les autres ? Cela dépend du niveau social, de l’éducation. En général,les personnes avec un handicap psychique (psychoses, démences) sont rejetées car ils font peurs. Souvent les péruviens ne font pas de distinction entre le handicap physique et mental. Et pour certains, le handicap peut être considéré comme une malédiction.

Bref, à Lima, la vie n’est pas simple pour une personne handicapée car les lois ne sont pas appliquées et il manque de moyens (humains, structures…)

Comme nous vous l’avons écrit dans notre article précédent, nous avons eu la chance de visiter le service de rééducation de la Clinica San Juan de Dios. Ce centre de rééducation pédiatrique, public, fonctionne principalement grâce à des dons (téléthon) et à l’église.

Nous avons visité les services d’ergothérapie (terapeutica ocupational), de kinésithérapie (terapeutica fisical) et d’orthophonie (terapeutica languaje).

Avec mon œil d’ergothérapeute avisée, j’ai pu me rendre compte que les méthodes de travail étaient les mêmes qu’en France, mais avec des moyens matériels moindres… (Nous n’avons malheureusement pas pu prendre de photos pour illustrer cet article.)

Les enfants viennent de tous le pays car ils n’ont pas le choix. En effet, dans les provinces, les professionnels et soins spécifiques sont totalement absents.

Les séances de rééducation durent 20 minutes mais nous n’avons pas réussi à savoir la fréquence de ces séances par enfant.

Malgré les courtes durées de séances, les professionnels et les familles nous ont accueilli très chaleureusement et ont pris le temps de nous expliquer leur travail.

Nous avons pu discuter avec la maman d’une petite fille polyhandicapée (retard mental et handicap moteur). Elle nous a expliqué ses difficultés quotidiennes : problèmes financiers, regard des autres, manque d’aide. Dans sa famille, seule la grand-mère la soutient et l’aide, le reste de la famille l’a mis de côté.

Souvent, les femmes se retrouvent seules à élever leur enfant handicapé car les maris les abandonnent.

Je n’ai pu m’empêcher de constater que le matériel était totalement inadapté. Les enfants sont installés dans des fauteuils roulants pour adultes, donc 3 fois trop grand et avec une mauvaise installation...

D'ailleurs, nous sommes tombés par hasard dans le quartier de « revendeurs médicaux ». Nous avons demandé le prix d’un fauteuil roulant. Un fauteuil roulant standard coûte 320 soles (moins de 100 €). Mais ici, aucune prise en charge sécu !!! Et ces fauteuils roulants sont en ascier (comme nos vieux "poirier" pour ceux qui connaissent... ), bref des fauteuils roulants de naguère!

Et dans ces boutiques, ils vendent des fauteuils roulants, des lits médicalisés (non réglables en hauteur), déambulateurs, des tables à roulettes, beaucoup de siège de dentistes... et même des micro-ondes!! (regardez bien la photo...)

Pendant nos 10 jours à Lima, nous avons donc pu récolter beaucoup d’informations sur le handicap. Il nous reste encore beaucoup d’interrogations auxquelles nous espérons apporter des réponses à Arequipa avec notre rencontre au CETEFI et d’autres associations.

Vous avez aim� cet article ? Partagez !

Facebook Twitter digg Delicious MySpace Yahoo Google

0 commentaires:

Regarde-moi est en ligne !


Voir tous nos films

Voir nos photos

Voir nos photos
Nos meilleures photos


Ils nous soutiennent

Alertes e-mails du blog :

Une erreur est survenue dans ce gadget


Amis du blog multicap

Que pensez-vous de ce projet ?


Et aussi sur twitter !